Vos questions, vos témoignages

Sur cette page, vous retrouverez les témoignages vidéos que vous nous avez envoyés ainsi que les réponses à vos questions écrites. 
Si vous aussi vous voulez participer : rendez-vous sur la page témoignage.

Vos questions Santé et Solidarité

Carole, 41 ans, Paris 19e

Myriam, 48 ans

Rudy, habitant du 19e

Bonjour, combien de temps va rester l'hôtel social du canal de l’Ourcq ?
-
Carole, résidente du quartier Laumière, 41 ans. 

Bonjour Carole,

Merci pour votre message. 

Depuis le 5 août dernier, suivant un accord entre l'hôtel Ibis du canal de l’Ourcq et la préfecture d’Ile-de-France, l’établissement fait office de centre temporaire d’hébergement d’urgence. C’est l’association Coallia qui en tient la gestion. L'hôtel accueille actuellement 336 personnes. Un peu plus de la moitié sont des migrants et certains résidaient auparavant dans l’un des camps insalubres qu'accueillaient le 19ème arrondissement de Paris. Ces camps ont depuis été démantelés. Les autres sont des personnes vulnérables, sans domicile fixe.

Pour accompagner au mieux ces personnes vers leur réintégration, Coallia assure leur hébergement, trois repas quotidiens ainsi qu’un suivi social individualisé. Ce dernier doit permettre aux personnes accueillies d’ouvrir l’ensemble de leurs droits (santé, CAF, Pôle emploi, etc) et à trouver une solution d’hébergement ou de logement plus durable et adaptée à chaque situation.

La Préfecture a indiqué que l'activité sociale de cet hôtel Ibis se poursuivra jusqu’au 31 mars 2021. 

 

Christophe pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Salut Mounir, Myriam, aide soignante dans un EHPAD. Suite à l’allocution du président, on nous a dit que les visites pourraient être maintenues dans nos établissements. Comment cela va-t-il être possible sachant que nos résidents peuvent être contaminés et que nous-mêmes, en tant que soignants, pouvons être cas contacts ? Merci de ta réponse. - Myriam, 48 ans.

Bonjour Myriam,

Merci pour votre question et pour votre engagement sans faille au service de nos aînés. 

Comme l’a rappelé le président de la République lors de son allocution du 28 octobre 2020, les visites dans les EHPAD seront maintenues malgré le reconfinement “pour éviter que ne se nouent des drames humains où des personnes en fin de vie se retrouvent totalement isolées”

Nous comprenons bien entendu votre inquiétude légitime. Afin de préserver au mieux votre santé ainsi que celle de vos résidents, ces visites seront strictement encadrées. Le ministère des Solidarités et de la Santé a publié à cet effet les consignes relatives aux visites dans les EHPAD. Vous retrouverez l’ensemble des consignes sur ce document : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/covid_19_-_actualisation_consignes_visites_ehpad.pdf 

Dans les EHPAD n’ayant pas de cas Covid, les gestes barrières devront être respectés en toute circonstance et le port du masque demeurera obligatoire pour tous les visiteurs et pendant toute la durée de la visite. Les visites seront organisées dans des espaces dédiés (sauf pour les résidents incapables de bouger), sur rendez-vous, avec des créneaux aménagés notamment en fin de journée et le week-end. Les visiteurs devront remplir un registre avec leurs coordonnées et signer une charte de “respect des mesures barrières” pendant la visite. En cas de non-respect des gestes barrières, la direction de l’établissement pourra suspendre les visites des proches. 

Dans les EHPAD ayant des résidents contaminés, les visites des proches sont suspendues temporairement sur tout ou partie de l’établissement. Cette décision est prise par la direction de l’établissement pour une durée de 7 jours renouvelable. 

Par ailleurs, les modalités de fonctionnement des EHPAD vont être aménagées : 

  • Les sorties dans les familles et pour les activités extérieures sont suspendues temporairement.
  • Les accueils de jour sont maintenus en petits groupes composés de mêmes personnes et uniquement si l’établissement dispose d’une entrée séparée. 
  • Les nouvelles admissions de résidents sont reportées si un ou plusieurs cas Covid sont détectés dans l’établissement (hors situations d’urgence). 
  • Des secteurs dédiés au cas positifs -dits “secteurs Covid” ou “Unités Covid”- sont encouragés afin d’éviter un confinement des résidents dans les chambres et d’éviter la propagation dans l’établissement, quand les locaux de l’établissement le permettent. Des solutions alternatives sont organisées à l’échelle du territoire si l’établissement n’a pas cette capacité.
  • Tout résident ou professionnel présentant des symptômes sera testé par test RT-PCR. Dès l’apparition d’un cas de COVID, tous les résidents et professionnels seront également testés. 

Enfin, les EHPAD sont progressivement équipés de tests antigéniques qui vous permettront d’obtenir les résultats en 15 à 30 minutes. 

Bon courage à vous, nous demeurons à votre disposition si besoin.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi,

Le 2 novembre 2020

“Ma maladie nécessite une opération chirurgicale. L’hôpital pourra t-il me prendre en charge durant le confinement ?” - Karim, 52 ans

Bonjour Karim,

Merci pour votre message.

L’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France, qui pilote le système national de santé dans la région, a déclenché son “plan blanc” jeudi 8 octobre 2020. Ce dispositif exceptionnel implique la déprogrammation des opérations non urgentes afin de permettre aux hôpitaux de disposer des capacités de réanimation et du personnel soignant nécessaires pour faire face à l’afflux des patients atteints du Covid. 

Néanmoins, les urgences, la cancérologie et toutes les activités dont l’arrêt engendrerait des pertes de chance pour les patients sont maintenues. Les hôpitaux du 19ème demeurent pleinement mobilisés. Ainsi, si votre hôpital ne vous a pas encore contacté et que votre pathologie nécessite une opération urgente, il est vraisemblable que celle-ci soit maintenue. Nous vous invitons à contacter votre chirurgien pour confirmer avec lui la tenue de votre opération.

Nous demeurons à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Bonjour Mounir, je suis fils unique et j’habite dans le quartier Danube mais mes parents âgés vivent en Auvergne. Ai-je le droit de me déplacer jusqu’à eux si leur santé se dégrade ? Merci bcp. - Philippe, 32 ans, résident du quartier Danube

Bonjour Philippe,

Merci pour votre message. 

Les déplacements entre les régions doivent demeurer une exception afin de ne pas aggraver la propagation de l’épidémie. Toutefois, en cas de “motif familial impérieux”, ces déplacements sont autorisés et doivent être justifiés par un document papier ou numérique. 

Le “motif familial impérieux” concerne les déplacements liés à une obligation familiale incontournable. Il renvoie à des situations de maladie ou de décès d’un parent proche, d’une visite à une personne de la famille en situation de handicap ou en EHPAD. 

Dans votre situation, le déplacement sera donc autorisé sur présentation d’un justificatif.

Nous demeurons à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Bonjour Marie,

Merci pour votre message. 

La trêve hivernale a débuté ce dimanche 1er novembre et s’étend jusqu’au 31 mars 2021. Par conséquent, il n’est pas possible d’expulser un locataire pour cause de loyers impayés successifs sur cette période. 

Néanmoins, certaines personnes ne sont pas protégées par cette trêve : 

  • les occupants d’un immeuble ayant fait l’objet d’un arrêté de péril (c’est-à-dire un acte administratif pris par les autorités locales lorsqu’un immeuble présente un danger en raison de son état). 
  • les personnes bénéficiant d’une relogement correspondant à leurs besoins familiaux
  • les squatteurs occupant une résidence principale ainsi que ceux qui occupent une résidence secondaire, un terrain ou un garage, sur décision du juge. 

Nous demeurons à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Les difficultés des personnes sans domicile fixe se trouvent décuplées avec le confinement, ce qui appelle à une intervention plus forte de l’Etat en leur faveur. Lors du premier confinement, un dispositif de chèques-service, doté de 15 millions d’euros, a été déployé au bénéfice de plus de 60 000 SDF. Ces chèques, d’un montant unitaire de 7 euros par jour, ont été distribués par des associations comme la Fondation Abbé-Pierre, le Secours catholique, Emmaüs, la Croix-Rouge ou encore le Secours populaire. Les bénéficiaires ont pu les utiliser pour acheter des denrées alimentaires, des produits d’hygiène et des produits à destination des enfants en bas âge. Pour le second confinement que nous vivons actuellement, l’Etat réitère ce soutien !

Lors du premier confinement, l’Etat a ouvert 34 000 places d’hébergement supplémentaires pour les SDF, portant les capacités d’accueil à 186 000 lits le 11 mai, date du déconfinement. Ce volume a été maintenue au cours de l’année (fin août, il y avait encore 180 000 places ; les fermetures correspondent à des situations de relogement). Parmi les nouvelles ouvertures, 14 000 seront rendues pérenne. Le nombre de places ouvertes toutes l’année, notamment hors urgence sanitaires, atteint ainsi 166 000. Parallèlement à cela, Emmanuelle Wargon, la ministre chargée du Logement, a annoncé une enveloppe de 10 millions d’euros supplémentaires sur deux ans pour amélioration la qualité des centres d’hébergement.

Le gouvernement a planifié une livraison de 50 millions de masques aux associations afin qu’elle les distribue aux personnes les plus précaires.

 

Christophe pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

De nombreuses personnes autour de moi sont en souffrance psychologique et n'ont pas forcément les moyens de se payer un psy. Comment les aider ? Salomé, 26 ans

Bonjour Salomé,

Merci de poser cette question. C'est en effet un problème et une souffrance que nous avons vu se développer spécifiquement pendant le confinement avec toutes les peurs qui peuvent être liées à la maladie et celles liées à la solitude.

Dans le 19ème, il y a l’association « Les Psys du Cœur » située à La Maison de la Place des Fêtes, qui propose du soutien psychologique gratuitement. Pendant le confinement, ils se sont réorganisés et ont mis en place une plateforme téléphonique. Il suffit d’appeler le 06 51 75 38 11 et de laisser un message sur leur répondeur. Vous serez rappelé le vendredi entre 11h et 17h par un thérapeute professionnel bénévole pour un entretien de 30min. Pour en savoir plus : https://www.facebook.com/psysducoeurparis

Il y a également une dizaine de numéros d’accueil et d’urgence qui ont été ouverts à la fois pour les personnes malades, leur famille, le personnel soignant et toutes les personnes en difficulté pendant le confinement. Une cellule nationale, gérée par la Croix Rouge et le réseau national de l'urgence médico-psychologique, a notamment été lancée avec un numéro vert accessible 7j/7 24h/24 pour toutes les personnes en détresse pendant l’épidémie de Covid : 0 800 130 000.

Vous retrouverez la liste de tous les numéros ici : https://www.iledefrance.ars.sante.fr/system/files/2020-05/covid-plateformes-psy-nationales-regionales.PDF?fbclid=IwAR2n2rJZp9CeVzrd7sUBgXdXzwk-0HyL5geausjR0_g9SMa7QP29pl9FnjA

 

➡ Vous pouvez retrouver la réponse de Mounir sur ce sujet lors de sa première permanence virtuelle (tous les jeudis de 10h30 à 11h30 en Facebook Live sur @Mounir19eme) : https://youtu.be/DIMUxzbNeNE

Nous demeurons à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi,

Le 6 novembre 2020

Bonjour Rudy,

Merci pour votre question.

Les tests antigéniques sont un nouveau type de test qui permet d’obtenir un résultat en 30 minutes. Ils sont moins fiables que le test PCR (avec le coton-tige dans le nez) et sont recommandés pour :

  • les personnes asymptomatiques non cas contacts dans le cadre de dépistage au sein d’une population à risque de contamination (EHPAD, entreprises avec des salariés sur le terrain, retours de voyage)
  • les personnes symptomatiques si et seulement si le résultat d’un PCR ne peut être disponible dans les 48h. 

Notez bien que les tests PCR demeurent recommandés en cas de doutes sérieux (cas contact, symptômes) et pour les personnes âgées.

Les tests antigéniques sont distribués en ce moment dans tous les EHPAD du 19ème . Ils devraient tous être équipés d’ici la fin de la semaine pour leurs salariés, leurs résidents et potentiellement pour les visiteurs selon les règles de chaque EHPAD. Les labos vont en bénéficier et des centres de tests antigéniques apparaissent progressivement devant certaines pharmacies de l’arrondissement. La page dédiée « se faire tester » sera actualisée d’ici le début de la semaine prochaine avec des indications pour les tests antigéniques. N’hésitez pas à nous signaler les nouveaux centres de dépistage que vous croiserez en témoignant ici.

Nous demeurons à votre disposition

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi,

Le 6 novembre 2020

MAJ le 10/11/2020 :

Bonjour,

Les pharmacies qui proposent des tests antigéniques dans l'arrondissement sont consultables ici comme convenu : http://www.covidparis19.fr/laboratoires19e/. Ces informations ont été vérifiées directement ce lundi 9 novembre auprès des pharmacies. 

N'hésitez pas à nous indiquer une pharmacie ou un centre manquant en témoignant ici

Je demeure à votre disposition 🙂

Tony pour l'équipe de Mounir Mahjoubi,

Le 10 novembre 2020

Bonjour Michel,

Merci pour votre question.

Lors de la première vague, le gouvernement avait déjà fait appel aux services de santé de l’armée notamment dans la Région Grand Est. Si les hôpitaux étaient à nouveau déborder, le gouvernement leur referrait appel.

Aujourd’hui, l’enjeu demeure de pouvoir accueillir les patients dans des structures solides, habituées à recevoir des urgences. Quand les hôpitaux militaires mobiles viennent ajouter des lits supplémentaires à un hôpital, cela ne se fait pas dans les mêmes conditions qu’un service.

C’est pour cela que le gouvernement a ouvert depuis le mois de mars de nouveaux lits de réanimation qui seront pérennes dans les hôpitaux français. Des lits temporaires de réanimation ont également été créés pour faire face à l’urgence. Le recours à l’armée demeure la dernière option.

Nous demeurons à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi,

Le 6 novembre 2020

Bonjour Angélique,

Merci pour votre question.

Les tests PCR permettent de détecter le génome du virus à partir d’un prélèvement nasopharyngé (le coton-tige dans le nez). Ils permettent de savoir si une personne est porteuse ou non du Covid à un instant précis. Les prélèvements font l’objet d’une analyse en laboratoire, il faut donc compter plusieurs heures et généralement entre 24h et 48h pour obtenir le résultat. Ces tests sont généralement pratiqués dans les hôpitaux et les laboratoires.  

Les tests antigéniques sont également des tests nasopharyngés (long coton-tige dans le nez). Ils ont été largement distribués dans les EHPAD, les aéroports, les gares et les pharmacies à partir du mois d’octobre 2020. Ils permettent d’obtenir le résultat du test en moins de 30min. De nombreuses pharmacies le proposent désormais : la carte des pharmacies du 19ème qui proposent des tests rapides est accessible ici : http://www.covidparis19.fr/laboratoires19e/

 

Il faut absolument avoir en tête que les tests PCR sont les tests les plus fiables et que les tests antigéniques ne sont pas indiqués pour :

❌ Les personnes de plus de 65 ans

❌ Les cas contacts avérés (sms ARS ou Assurance Maladie ou proche testé positif)

❌ Les personnes ayant des problèmes de santé

❌ Les personnes ressentant des symptômes depuis plus de 4j

➡ Dans tous ces cas, le test PCR effectué en laboratoire est très vivement recommandé.

NB : Certaines pharmacies de l’arrondissement contre-indiquent également les tests antigéniques pour les femmes enceintes et les personnes ayant subi une opération ou une déviation de la fosse nasale.

Je demeure à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi,

Le 12 novembre 2020

Vos Questions Entreprise/Employeur

Nicolas, 31 ans

“En tant que petit commerce fermé à la suite du reconfinement, à quelles aides puis-je avoir accès ?” - Serge, 53 ans

Bonjour Serge,

Merci pour votre message. 

Vous retrouverez l’ensemble des dispositions gouvernementales actualisées au jour le jour sur le site du ministère de l’Economie

Pour vous résumer l’essentiel des mesures actuelles, le gouvernement a relancé et renforcé le fonds de solidarité. Ainsi, toutes les entreprises de moins de 50 salariés qui seront fermées du fait du confinement pourront bénéficier d’une aide mensuelle allant jusqu’à 10 000 euros sans exception. En deuxième lieu, votre entreprise bénéficiera d’une exonération totale de cotisations sociales. Enfin, le dispositif de chômage partiel pour vos salariés est prolongé jusqu’à la fin de l’année.

En plus de ce soutien, le gouvernement a assoupli les conditions des prêts garantis par l’Etat. Les entreprises peuvent désormais contracter un prêt -à un taux négocié entre 1 et 2,5%- jusqu’au 30 juin 2021 et disposent de délais de remboursement rallongés. Pour les entreprises qui ne trouvent aucune solution de financement, l’Etat a lancé des prêts directs qui pourront atteindre jusqu’à 10 000 euros pour les entreprises de moins de 10 salariés. 

Le gouvernement a également tenu à intervenir sur la question des loyers, au combien cruciale pour les petites entreprises. Ainsi, si votre bailleur accepte de renoncer à au moins un loyer correspondant aux mois d’octobre, de novembre ou de décembre 2020, il bénéficiera d’un crédit d’impôt de 30% du montant des loyers abandonnés. 

Pour faciliter vos démarches, nous vous invitons à contacter votre expert-comptable, si vous en avez un, qui vous informera précisément sur les démarches à suivre. Vous pouvez également contacter un numéro spécial d’information sur les mesures d’urgence pour les entreprises en difficulté : le 0 806 000 245. Il est accessible du lundi au vendredi de 9 à 12 heures puis de 13 à 16 heures.

Nous demeurons à votre disposition.

Tony, pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Bonjour Nicolas,

Merci pour votre message. 

Comme de nombreux responsables politiques nationaux l’ont souligné depuis le début de l’épidémie, cette crise est inédite, probablement la plus grave sur le plan économique depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Face à cette situation hors du commun, les aides mises en place par les États visent à éviter une dégradation durable du tissu économique et de l’emploi. Pour parer à ce choc économique majeur, le gouvernement a ainsi soutenu des aides exceptionnelles et conséquentes, fondées sur les enseignements de la crise de 2008. 

Le dispositif de chômage partiel qui est l'une des mesures les plus couteuses pour nos finances publiques n’est pas anodine. Lors de la crise de 2008, l’Allemagne a mis en place un dispositif de chômage partiel avec des moyens 9 fois supérieurs aux dispositifs d’aides français. Les résultats en termes de maintien de l’emploi ont été significatifs : le taux de chômage en Allemagne a augmenté de seulement 0,2 point entre 2008 et 2009 (pour s’établir à 7,5% en 2009) alors que le taux français a lui progressé de 1,6 point pour atteindre 9,4% en 2009. Ainsi, si le dispositif de chômage partiel est coûteux en temps de crise, il permet un redémarrage plus rapide de l’économie et un chômage de long terme moins élevé (et donc des économies à moyen-long terme). Il apparaît donc comme un investissement dans l’économie pour éviter une dégradation durable des compétences des salariés.

L’endettement et les mesures de soutien actuels servent à préparer l’avenir et à amorcer un redémarrage rapide de l’économie. Le gouvernement demeure responsable et garant de la soutenabilité de nos finances publiques.

Nous demeurons à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Vos Questions Ecole et Enseignement

Myra, 19 ans

Ilan, 16 ans.

Bonjour, je suis étudiante en école d’infirmière et suis mes cours à distance. Mon école nous garantissait vendredi que nos examens auront lieu à distance mais nous informe ce début de semaine qu’ils auront lieu en présentiel, est-ce bien légal ?”
- Myra, 19 ans 

Bonjour Myra,

Merci pour ton message. 

Concernant les établissements d’enseignement supérieur, les cours se dérouleront en intégralité en distanciel mis à part certains travaux pratiques. A propos des examens et des concours, ils pourront se dérouler en présentiel même lors du reconfinement. La décision de ton école est donc légale.  

Le port du masque restera obligatoire à l’intérieur de l’établissement et les gestes barrières devront impérativement être respectés. Par ailleurs, une attestation de déplacement dérogatoire demeure obligatoire pour se rendre au sein de l’établissement. 

Encore plus de détail sur le site du ministère de l'Enseignement supérieur : 
https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid155030/faq-covid-19-reconfinement.html#c8_examens_et_stages

Nous demeurons à ta disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Je ne comprends pas pourquoi les lycées ne sont pas reconfinés. Dans mon lycée, les gestes barrière sont peu (voir pas) respectés et des “récréations en classe” sont prévues, ce qui fait qu’on sort encore moins prendre l’air (sans compter la longueur des journées qui n’en finissent plus). Je ne pense pas que ces mesures favorisent notre réussite scolaire. - Ilan, 16 ans

Bonjour Ilan,

Merci pour ton témoignage.

Comme tu le sais déjà sans doute, cette crise sanitaire est grave et nécessite des efforts de chacun d’entre nous. 

Lors du premier confinement, il est apparu qu’en moyenne 10% des élèves du second degré (collège et lycée) n’ont pas pu être suivis par leurs professeurs et ce pourcentage est encore plus élevé dans les milieux les plus défavorisés. Nous ne bénéficions pas tous du même équipement informatique à la maison, ni même d’une bonne connexion, et les conditions de vie de chacun sont différentes et peuvent compliquer le bon suivi des cours à domicile. Le gouvernement ne veut pas renforcer les inégalités scolaires déjà existantes en reconfinant les élèves. 

En second lieu, l’activité économique a chuté de 30% en France lors du mois d’avril 2020, c’est-à-dire pendant le mois où la majorité des français était confinée. Afin de ne pas aggraver encore la crise économique que nous connaissons, le gouvernement a fait le choix de maintenir les crèches, écoles, collèges et lycées ouverts pour permettre aux parents de télé-travailler.

Enfin, les derniers chiffres publiés par Santé Publique France attestent que les jeunes sont bien moins contaminés par le virus et moins contaminants. 

Concernant la situation sanitaire de ton lycée, nous t’invitons à te mettre en lien avec les représentants des élèves pour faire remonter tes inquiétudes et que vous puissiez disposer d’une récréation en extérieur dans le respect des gestes barrières et avec port du masque obligatoire.

Nous demeurons à ta disposition.

 

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Vos Questions Recherche d'emploi

Elsa, 25 ans

“J’ai 22 ans et je ne trouve pas d’emploi, quelles sont les aides qui me sont ouvertes pour me former ou pour trouver un emploi ?” - Victorine, 22 ans, résidente du quartier Bolivar

Bonjour Victorine,

Merci pour ton message. 

Nous tenons à t’adresser notre soutien dans cette période difficile pour les jeunes demandeurs d’emploi. N’hésite pas à nous adresser ton CV ainsi que des informations précises concernant ta recherche d’emploi sur mounir.mahjoubi@assemblee-nationale.fr pour que nous puissions les relayer sur nos réseaux.

Dans un premier temps, nous t'invitons à prendre contact avec la Mission locale du 19ème située au 65 Rue d'Hautpoul, 75019 Paris en téléphonant au 01 53 72 81 40. Tu pourras ainsi prévoir un rendez-vous avec un conseiller qui t’orientera vers les aides et/ou les dispositifs auxquels tu peux prétendre, notamment dans le cadre du plan gouvernemental #1JEUNE1SOLUTION.

Si tu es peu ou pas qualifiée, ce plan prévoit des formations nouvelles (notamment dans les domaines du développement durable et du numérique), qui seront accessibles depuis MonCompteFormation, et des parcours de formation supplémentaires dans les domaines de la santé et du sport. 

Si tu rencontres depuis longtemps des difficultés pour trouver un emploi, la Mission locale pourra t’orienter vers des dispositifs d’insertion tels que les Parcours Emploi Compétences, les Contrat Initiative Emploi (CIE) ou l’Insertion par l’Activité économique. Si tu rencontres également des difficultés financières, elle pourra t’informer sur la Garantie Jeune

Par ailleurs, tu peux aussi prétendre aux parcours d’accompagnement PACEA pilotés par les Missions locales, à l’Accompagnement Intensif Jeunes (AIJ) mis en place au sein de Pôle emploi ou encore postuler à un service civique

Enfin, n’hésite pas à mentionner lors de tes entretiens les aides exceptionnelles mises en place par le gouvernement pour inciter les employeurs à embaucher un jeune de moins de 26 ans. Sont prévues : 

  • une aide de 4000€ pour l’employeur qui recrute un jeune de 25 ans ou moins entre août 2020 et janvier 2021.
  • une aide exceptionnelle de 5000€ pour les employeurs recrutant un alternant de moins de 18 ans et de 8000€ pour un jeune de plus de 18 ans. 
  • une aide de 4000€ pour les employeurs qui recrutent un jeune en Volontariat Territorial en Entreprise (VTE) dans le cadre d’un CDD, d’un CDI ou d’un contrat d’apprentissage.

➡ Vous pouvez retrouver la réponse de Mounir sur ce sujet lors de sa première permanence virtuelle (tous les jeudis de 10h30 à 11h30 en Facebook Live sur @Mounir19eme) : https://youtu.be/yXiYS3SCUmw

 

Nous demeurons à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Bonjour Elsa,

Merci pour votre message.

En premier lieu, nous tenons à vous adresser notre soutien pendant cette période difficile.

Le gouvernement n’a pas encore fait d’annonces concernant la situation des demandeurs d’emploi arrivant en fin de droit pendant le reconfinement. Lors du premier confinement, des mesures exceptionnelles avaient été prises et les allocations chômage des demandeurs d’emploi avaient été prolongées. 

Dans l’attente de possibles annonces sur ce sujet, nous vous rappelons que vous demeurerez éligibles à deux aides à la suite de l’arrêt de vos allocations chômage : l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) et le Revenu de Solidarité Active (RSA). Ces deux aides sont respectivement de 506,70 euros et de 564,78 euros mensuels pour une personne vivant seule. Lors de son allocation du 14 octobre 2020, le président de la République a annoncé la mise en place d’une aide exceptionnelle de 150 euros (et 100 euros supplémentaires par enfant) pour les bénéficiaires de ces allocations.

Nous mettrons à jour cette réponse dès que de nouvelles mesures seront annoncées et demeurons à votre disposition d’ici là.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Vos Questions Salarié

Sauveur, 48 ans

“Bonjour, je suis actuellement salarié en chômage partiel 2 jours par semaine mais mon employeur me contacte régulièrement pendant ces deux jours pour obtenir des informations ou me demander de travailler. Cela est-il légal ? Merci pour votre réponse.” - Matthieu, 37 ans

Bonjour Matthieu,

Merci pour votre question.

Pour rappel, le dispositif de chômage partiel est ouvert aux entreprises qui ne peuvent plus recevoir de public, qui enregistrent une forte baisse d’activité ou des difficultés d’approvisionnement et qui ne peuvent pas assurer le respect des gestes barrières. Si votre entreprise bénéficie du chômage partiel, c’est donc que votre employeur a déclaré une baisse d’activité ou une incapacité à reprendre le travail normalement du fait du contexte. 

Par conséquent, votre employeur est dans l’illégalité lorsqu’il vous demande de travailler pendant vos jours de “chômage partiel”. La fraude ou la fausse déclaration d’activité partielle sont interdites par le Code du travail. Elles sont assorties d’une sanction de 30 000 euros d’amende et sont passibles de 2 ans d’emprisonnement. Le gouvernement a par ailleurs annoncé en septembre 2020 que les dispositifs de contrôle des fraudes au chômage partiel seront renforcés. 

Nous vous invitons tout d’abord à vérifier dans les premières lignes de votre fiche de paie le nombre d’heures d’absences liées au chômage partiel ainsi que l’indemnité correspondante (et de vérifier si cela correspond bien à votre situation). Une fois cette vérification faite, nous vous conseillons de prendre contact avec vos représentants syndicaux lorsque votre entreprise en dispose et d’en parler avec votre responsable hiérarchique direct en lui rappelant les obligations légales. Vous avez également la possibilité d’alerter directement l’Inspection du Travail si vos demandes de clarification demeurent sans réponse. 

Nous demeurons à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Bonjour Sauveur,

Merci pour votre question.

La ministre du Travail Élisabeth Borne l’a rappelé à plusieurs reprises, le télétravail n’est plus « une option mais une obligation ». La Foire aux Questions du site du ministère du Travail est également claire. À la question "La mise en place du télétravail est-elle une obligation pour l’entreprise ?", le ministère répond "Oui. Dès lors que les activités le permettent. (...) Le temps de travail effectué en télétravail est porté à 100% pour les salariés qui peuvent effectuer l’ensemble de leurs tâches à distance."

Si le télétravail a été favorisé par le gouvernement dans un premier temps, la situation sanitaire l’a imposé de fait depuis octobre. Le gouvernement a un rôle : rappeler aux entreprises qu’elles ont l’obligation d’assurer la sécurité maximum pour leurs salariés. Cette obligation est contrôlée en interne par les élus du personnel et ensuite elle est contrôlée à l’extérieur, par les Inspecteurs du Travail. Ils peuvent venir constater qu’une entreprise n’a pas tout mis en place pour protéger la santé et la vie de ses salariés.

Ces dernières semaines, l’épidémie est devenue plus virulente, nos hôpitaux sont en difficulté et le gouvernement a décidé de confiner à nouveau le pays. Ces nouvelles conditions sanitaires imposent aux entreprises de réagir notamment en déployant le télétravail quand cela est possible. Un employeur qui avait la possibilité de mettre en place le télétravail et qui ne l’a pas fait se rend lui-même coupable de mettre en danger la santé de ses salariés. Quand la ministre dit que ce n’est pas une option, c’est que l’Etat a aujourd’hui les moyens d’aller chercher les entreprises qui avaient les moyens de mettre le télétravail en place et qui ne l’ont pas fait.

Le télétravail n’est toutefois pas applicable de partout et il est probable que dans votre activité, la logistique, tous les postes de travail ne puissent pas être effectués en télétravail, je pense notamment aux activités de caristes et de manutentionnaires. Dans ces cas-là, votre employeur a l’obligation de mettre en œuvre un protocole sanitaire adapté afin de protéger votre santé.

Nous demeurons à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi,

Le 13 novembre 2020

Vos Questions Vie Quotidienne

Axon, 30 ans

➡ Vous pouvez retrouver la réponse de Mounir en vidéo lors de sa première permanence virtuelle (tous les jeudis de 10h30 à 11h30 en Facebook Live sur @Mounir19eme) : https://youtu.be/0li1EirAKQQ

“Bonjour, le reconfinement va durer combien de temps encore ?" - Emily, 20 ans

Bonjour Emily, 

Merci pour votre message. 

Les mesures mises en place seront appliquées à minima jusqu’au 1er décembre 2020. Le Président de la République devrait refaire un point sur la situation la semaine du 9 novembre 2020.

Nous demeurons à votre disposition. 

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi

Le 2 novembre 2020

Bonjour, je suis médecin généraliste, et ma connexion internet au cabinet ne fonctionne plus depuis 2 semaines, je n’arrive plus à transmettre les dossiers urgents de mes patients covid... Que puis-je faire ? -  Michel

Bonjour Michel, 

Merci pour votre message. 

Ce problème nous a déjà été signalé lors du premier confinement par des médecins de l’arrondissement mais également pour des patients qui avaient besoin d’une bonne connexion pour assurer leurs rendez-vous médicaux de suivi en télé-consultation. 

Dans ces cas de figure, nous avons contacté les opérateurs qui nous ont proposé des solutions en moins de 48h. Nous vous invitons à nous envoyer un mail (mounir.mahjoubi@assemblee-nationale.fr) avec l’adresse de votre cabinet, votre opérateur internet ainsi que les difficultés que vous rencontrez. Nous allons faire remonter votre demande à qui de droit et tenter de vous proposer une solution rapide ou une alternative. 

Nous demeurons à votre disposition.

Tony pour l’équipe de Mounir Mahjoubi,

Le 2 novembre 2020

Bonjour, je trouve injuste que les salles de tennis et de squash soit fermées, car il y a beaucoup d’espace par sportif et une grande aération. Les règles vont-elles évoluer pour ces salles ? - Axon, 28 ans

Bonjour Axon, 

Le contexte sanitaire a conduit le gouvernement à se montrer particulièrement précautionneux, notamment à l’égard des activités sportives en salle. Comme vous, nous plaidons pour une réouverture rapide des salles de sport, de boxe, d’art martiaux et de squash dès lors que la sécurité sanitaire des coachs et des pratiquants est satisfaisante. Suivant les activités et la configuration des lieux, cela implique des aménagements pour garantir la distanciation physique durant la pratique, un accès régulé aux vestiaires, voire leur fermeture, et une désinfection systématique des locaux. Bien évidemment, le port du masque doit être obligatoire et du gel hydroalcoolique doit être à disposition. Défendant une reprise progressive des activités sportives, le député Mounir Mahjoubi avait déjà interpellé la Ministre des Sports en mai dernier.

Nous demeurons à votre disposition.

 

Christophe pour l’équipe de Mounir Mahjoubi,

Le 2 novembre 2020

Top